top of page
Rechercher
  • Fanfan

Comment devenir meilleur au trapèze volant (et dans n’importe quel sport en général) ?

“Rome ne s’est pas faite en un jour”. C’est, en substance, ma réponse à la remarque d’une élève qui se désespère de faire des progrès au trapèze. Comme c’est une personne que j’apprécie beaucoup, j’ai décidé de l’aider en écrivant ce petit texte.


Dans cet article, vous allez découvrir une méthode efficace pour vous améliorer au trapèze volant, ou dans n’importe quel autre sport, et propulser vos performances physiques vers les sommets.


Avez-vous déjà pensé : pourquoi certaines personnes sont-elles meilleures que moi, alors que je fais plus d’efforts qu’elles ?


Vous vous sentez lassé(e) de vous donner du mal encore et encore, et de stagner sans jamais voir aucun résultat. Vous vous “décarcassez” pour essayer de trouver le temps de vous entraîner. Vous faites attention à ce que vous mangez, buvez, et malgré tout, ça ne fonctionne pas. Le pire ? Vous ne lésinez pas sur les moyens financiers pour parvenir à atteindre vos objectifs, mais ça ne change rien.

gif

Je sais : c’est super frustrant. J’ai souvent ressenti la même chose. Quelquefois, je me suis découragé, avec l’envie de tout laisser tomber.


Mais en côtoyant d’autres artistes et trapézistes professionnels, j’ai compris le problème.

J’ai confondu enthousiasme avec obstination, passion avec habitude.


J’ai arrêté de me mentir en acceptant la réalité : la performance nécessite de fournir des efforts constants.


La clé de la réussite - dans n’importe quel sport - est LA RÉGULARITÉ

Voici comment faire pour vous entraîner de manière régulière, constante et systématique, et atteindre enfin vos objectifs.


Principe fondamentale n°1 : Faire et refaire - l’importance de la répétition


Vous rappelez-vous des cours de musique à l’école ? Combien de temps pour comprendre et maîtriser le solfège ? La meilleure manière d’y parvenir était d’y travailler régulièrement. Apprendre quelques notes de temps à autre, puis les oublier ne menait à rien. Il en est ainsi, quelle que soit la nouvelle compétence que l’on souhaite acquérir.


Comme Malcolm Gladwell l’explique dans son livre “Outliers”, pour devenir un expert dans votre domaine, au moins 10’000 heures de pratique sont requises.


Posez-vous sincèrement la question : depuis combien de temps pratiquez-vous votre sport ? Combien d’heures par semaine ? Pensez seulement : 10’000 heures de pratique représentent 10 ans de travail à raison de 20 heures par semaine, ou 5 ans à temps plein.


Les avez-vous ?


gif


Évidemment, vous n’avez pas besoin de devenir expert en trapèze volant pour vous voir progresser ; mais l’idée qu’une longue pratique mène à la maîtrise est intéressante.


Retenez qu’en effectuant vos exercices régulièrement, vous développez les neurones responsables du mouvement en question. Ces derniers apprennent à travailler ensemble, ce qui renforce leur connexion et leur efficacité.


En sport, on parle de “mémoire musculaire”. Notre organisme est en permanence soumis à un processus d’adaptation, et cela concerne surtout notre musculature. Quand vous pratiquez votre sport favori, elle se développe, tandis qu’au repos, elle se met à fondre au bout d’un certain temps.


Ce processus biochimique assure l’homéostasie, c'est-à-dire l’adaptation de l’ensemble des mécanismes physiologiques utilisés par le corps pour maintenir son équilibre interne.

C’est pourquoi les sportifs de haut niveau n’ont de cesse de répéter plusieurs fois le même mouvement jusqu’à atteindre la perfection ; parfois pendant des années.


Les répétitions au sein d’un entraînement sont capitales. Pour que ces mouvements deviennent naturels, votre corps a besoin de les répéter encore et encore. En augmentant progressivement le nombre de répétitions, vous agrandissez votre mémoire corporelle et votre aptitude à l’effort.


C’est pourquoi nous ne vous enseignons pas toujours les mêmes exercices. Une fois le ballant, une fois la figure… Une fois le départ, une fois le “force-out”. De même qu’au “fit‘n’fly” : une fois les abdos, une fois les dorsaux.


L’idée, c’est de solliciter différentes zones musculaires et d’oublier quelque temps l’exercice précédemment réalisé, pour y revenir plus tard et continuer à progresser.


Si un exercice en particulier vous donne du fil à retordre, travaillez-le chaque jour pendant deux semaines puis oubliez-le pendant un moment, pour enfin y revenir!


Attention toutefois à ne pas tomber dans l’extrême inverse, et à ne pas toujours répéter le même mouvement, sans jamais rien modifier de sa routine d'entraînement. Ce serait également une erreur !


Vu que le corps s’adapte (et parfois plus vite que vous ne le pensez), il faut changer de programme et alterner régulièrement pour offrir à son corps de nouveaux stimuli. C’est le principe de la surcharge progressive en musculation.



gif


Principe fondamentale n°2 : le “syndrome général d’adaptation”, ou l’importance de la ré-gu-la-ri-té


Parmi les raisons expliquant pourquoi la régularité des entraînements est importante, l’une d’entre elles est d’ordre biologique. En effet, pour que notre corps s’adapte, ses capteurs ont besoin d’être stimulés régulièrement.


Comme l’a découvert le chercheur Hans Selye, notre corps répond à une situation de stress par une réaction en plusieurs phases. Pour commencer, nous entrons dans la phase d’alarme : le corps réagit au facteur de stress de manière vive et instantanée. Après un certain temps, il récup